On entend souvent dire que les personnes victimes d’un burn out sont des personnes qui ne savent pas gérer leur stress. Une façon de dire qu’il y a « les forts » d’un côté : ceux qui savent le gérer, et « les faibles » : ceux qui ne savent pas ou n’en n’ont pas les capacités.

Cette idée reçue fait partie de ce que j’appelle « les fausses croyances sur le burn out ».

Pourquoi ?

Parce que c’est tout simplement faux. En réalité, les personnes qui connaissent un burn out ont « trop géré de stress » et pendant « trop longtemps ».

Le burn out fait suite à un stress chronique, un stress qui dure dans le temps, parfois pendant des années. Et pendant des années, vous avez sans doute été « le bon petit soldat » qui courait partout, toujours présent, toujours disponible, qui ne comptait pas ses heures, investi, impliqué, engagé. Ce bon petit soldat qui savait gérer les crises et les situations difficiles : bref, qui savait surmonter le stress !

Oui, sauf que voilà, vous l’avez fait pendant trop longtemps, et que, désolée de vous le dire, vous n’êtes pas une machine ni Wonder woman ou Super man.

Votre corps a des limites et il a su vous le rappeler. Le corps a toujours le dernier mot…

Il existe également une autre croyance, notamment chez les employeurs ou recruteurs : « Après un burn out, ces personnes ne sont plus capables de gérer le stress ». C’est une des raisons qui fait que notamment, on n’ose pas parler d’un burn out lors d’un recrutement. On a peur d’être catalogué dans la case « trop fragile ».

Alors est-ce que c’est vrai ?

Est-ce qu’effectivement, après un burn out, on n’est plus capable de gérer le stress ?

Je ne suis pas une spécialiste en matière de gestion du stress, mais je souhaitais dans cet article vous faire part de mon avis et de mon expérience.

Gestion du stress et burn out : le corps parle à qui sait l’entendre

Le corps parle à qui sait l’entendre.

Oui parce qu’avant de tomber pour burn out, notre corps nous a envoyé des « messages ».

Or ces messages, ces signaux avant-coureurs, nous ne les avons pas écoutés. Nous les avons bien souvent balayés d’un revers de main en nous disant « ça va passer ».

En réalité, notre corps nous parlait, et nous, nous avons fait la sourde oreille. Parce que la tête, elle, voulait « tenir » à tout prix. Ben oui, vous comprenez, « on avait du travail », « il fallait assurer » tout ça, tout ça…

Sauf que la tête peut aimer penser qu’elle contrôle tout, en réalité, celui qui gagne toujours à la fin : c’est le corps ! Et comme on n’a pas voulu l’écouter, et bien le corps, lui, a sifflé la fin de la partie : burn out.

Une fois arrêté pour burn out, nous n’avons pas d’autres choix que de nous reposer pour recharger nos batteries, bien souvent par un arrêt de travail qui peut être de longue durée (plusieurs mois, voire plus). Et il va sans dire que cet arrêt de travail est crucial pour se remettre. Pour le repos d’abord, c’est certain, mais aussi pour nous couper de notre environnement de travail qui est devenu « source de stress » pour nous.

Petit à petit, nous rechargeons nos batteries et nous entrons sur le chemin de la guérison.

La gestion du premier stress après un burn out

L’arrêt de travail nous place dans un cocon, bien souvent inconfortable au début (car oui, les personnes en burn out vivent très mal d’être en arrêt de travail, elles culpabilisent énormément !). Mais force est de constater les effets bénéfiques sur notre état de santé. Alors, on finit par l’accepter, voire par l’apprécier.

Mais, bien sûr, on ne peut pas vivre éternellement dans un cocon, et arrive le jour où vous allez être confronté à une source de stress : un courrier de votre employeur, l’annonce d’une baisse de prise en charge de votre mutuelle, un rdv avec le médecin conseil de la sécurité sociale etc.

Et là, comment vous dire… vous allez ressentir un feu d’artifice dans tout votre corps ! Comme un stress, mais puissance 10 000 !

Oui, je sais ça fait peur de lire ça, mais c’est pourtant très probablement ce que vous allez vivre (ou ce que vous avez déjà vécu).

Alors qu’avant, vous auriez gérer la situation en deux coups de cuillères à pot, là, c’est comme si tous les signes de stress refaisaient surface en même temps et avec une forte intensité. Les vieux symptômes, pourtant disparus depuis quelques temps, refont surface et vous vous dites : « tout est fichu : je ne m’en sortirai jamais ! ».

Vous vous dites aussi que vous n’êtes décidément plus capable de gérer la moindre situation de stress et cela vous fait peur.

Résultat : vous angoissez encore plus à l’idée de reprendre le travail en vous disant que vous allez connaître l’enfer ! Et c’est reparti pour quelques semaines d’angoisses et votre idée de repartir vers une vie professionnelle s’éloigne encore un peu plus.

Pour vous aider à surmonter cette angoisse, diverses techniques peuvent vous aider, comme la cohérence cardiaque, l’EFT ou l’EMDR…

Vous pensez que vous ne serez dorénavant plus capable de gérer votre stress ?

Rassurez-vous tout de suite c’est faux.

En réalité, votre corps a peur. Il a été traumatisé par ce qu’il a vécu, et il ne faut pas sous-estimer ce traumatisme, car c’est bien de cela dont il s’agit. Comment expliquer les montées d’angoisse que l’on peut ressentir en passant simplement devant son entreprise ? Ou lorsque l’on reprend la route « du boulot » ? Quand on croise un collègue ? Parce que nous avons vécu un traumatisme.

Alors oui, le corps a peur. Et comme il a peur que cela recommence, et qu’il ne veut pas à nouveau souffrir, il réagit en montant tout de suite le son !

On ne peut pas lui en vouloir ! Rappelez-vous qui a fait la sourde oreille la première fois ?? Alors c’est comme s’il multipliait ses alertes, passait de suite de 0 à 10 sur l’échelle du stress, pour être certain que vous n’allez pas vous remettre en danger et que cette fois-ci vous allez l’écouter.

C’est sa façon à lui de vous mettre en garde. Et vous devriez le remercier pour ça, parce qu’il ne vous veut que du bien 😉

Comment réussir à mieux gérer son stress après un burn out ?

Alors comment réussir à mieux gérer son stress après un burn out ?

Eh bien, il va falloir le rassurer, lui redonner confiance, lui montrer que vous savez gérer et que dorénavant vous savez l’écouter et vous préserver.

La 1ère fois : on est très mal, on transpire, on étouffe, on dort à nouveau mal, on rumine, mais (et heureusement !) on survit ! On se rend compte que finalement, on s’en est sorti et parfois, mieux que ce que l’on croyait. Du coup, le corps reprend un petit niveau de confiance et vous êtes prêt à vivre votre 2ème fois.

Alors, bien sûr, on n’y va pas serein(e) hein, on est d’accord. Parce que l’on se dit que tous les signaux de stress ressentis la première fois vont de nouveau s’inviter la 2ème fois et que c’était très très désagréable !

Mais la 2ème fois… ça se passe mieux. Parce que justement, on a gagné les points de confiance de la 1ère fois.

Et ensuite… on finit par retrouver un fonctionnement normal

En fait, c’est comme le bon vieux remède après une chute de cheval où on nous dit : « remonte tout de suite, sinon tu ne remonteras jamais ». Pareil, il faut remonter en selle pour se prouver qu’on peut y arriver, que l’on en est capable et qu’on ne craint rien.

Est-ce que l’on gère son stress comme avant ? Est-ce que l’on redevient comme « avant » le burn out ?

Ah ! ça c’est la vraie question !! La vraie question importante je dirai !

Mais avant d’y répondre, j’aimerai vous en poser d’autres, des questions :

  • Est-ce que vous avez envie de redevenir comme avant ?
  • Est-ce que vous avez envie d’être la Super woman ou le Super man de service à nouveau ?
  • Si vous réfléchissez bien, est ce que votre fonctionnement « d’avant » était bon pour vous ? Pour votre équilibre de vie ? Pour votre santé ? pour votre famille ?

La réponse est bien évidemment non (enfin je l’espère pour vous, sinon cela veut dire que vous avez encore beaucoup à apprendre de votre burn out ;-))

Il va donc falloir apprendre à faire autrement et trouver votre « écologie personnelle ».

Vous, qui étiez sur un mode d’agriculture intensive, il va vous falloir passer à un mode d’agriculture raisonné, voire bio !

Vous allez devoir trouver le bon équilibre, sans en faire trop. Apprendre à écouter les signaux avant-coureurs pour vous ajuster quand cela sera nécessaire et vous ajuster.

Ces signaux, vous allez devoir apprendre à les détecter, à les reconnaitre tout de suite. Car ils sont précieux : ils vous parlent. Ils vous disent que quelque chose dans votre environnement, dans votre façon de faire, n’est pas adapté.

Alors quand vous les aurez détectés, posez-vous ces questions : Qu’est ce qui ne va pas ? Qu’est ce qui n’est pas aligné avec moi en ce moment ? Sur quoi suis-je en train de me forcer ? Que dois-je changer ?

 

Votre burn out peut être une opportunité de développement personnel.

Il vous apprend à vous écouter.

Il vous apprend à vous réaligner, à mieux vous respecter.

Oui, vous retrouverez votre capacité à surmonter le stress, mais dans le respect de vous-même, et c’est cela qui compte, même si cela vous amène à ne plus totalement être la même personne qu’avant…mais sans doute une meilleure version de vous-même 😉

« Sois toi-même, le monde s’adaptera… »

Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous et recevez mon guide gratuit “les 5 étapes clés pour rebondir après un burn out” et tous mes futurs articles ! 

Catherine PY – Conseils et accompagnement des transitions professionnelles -Formatrice et coach – Spécialisée Burn out.

Psychologue du travail, j’ai exercé pendant une vingtaine d’années la fonction de Responsable Ressources Humaines en entreprise avant mon burn out. J’ai décidé de me consacrer aujourd’hui à l’accompagnement des personnes en burn out en créant Envol & Moi, tout simplement parce que je me suis rendue compte à quel point nous nous retrouvions seul pour rebondir professionnellement après cet évènement. Je vous propose de bénéficier de mon expérience professionnelle et personnelle pour vous aider à changer votre vie en mieux et rebondir. 

J’interviens également en entreprise pour sensibiliser les salariés à la question du burn out et accompagner les salariés concernés.

 

 

116 Partages
Partagez45
Partagez
Tweetez
Enregistrer71