Après un burn out, on se pose invariablement cette question : dois-je y retourner ? ou dois-je changer de job ?

Avant d’aborder la question plus en détail, je voudrai vous rappeler quelques principes de bases pour vous éviter certaines erreurs que vous pourriez regretter !

Les erreurs à éviter

La première erreur à éviter, c’est de vouloir y retourner trop vite.

Si vous êtes encore avec cette idée en tête « quand est ce que je peux y retourner ? », « ça dure combien de temps un burn out ? », « quand est ce que je vais pouvoir retourner dans ma vie d’avant ? », dites-vous que vous n’êtes pas prêt(e), et que vous n’avez encore pas appris les enseignements de ce qu’il vient de vous arriver.

Un burn out n’arrive jamais par hasard. Il vous enseigne quelque chose. Si vous ne prenez pas le temps de le comprendre, vous repartirez comme « en 14 » et les mêmes causes produiront les mêmes effets. En d’autres termes, vous avez de très fortes chances de risquer une rechute, et… mauvaise nouvelle, les rechutes sont toujours pires que les 1ères fois…

Ne vous dites pas, que puisque vous y êtes passé(e) une première fois, vous ne vous ferez pas reprendre une deuxième fois. Votre burn out trouve ses racines dans votre fonctionnement profond, et même si vous avez le sentiment d’avoir « compris » la leçon, cela n’est parfois pas suffisant, car à la longue, les bonnes habitudes reviennent…

2ème erreur à éviter : qui ressemble à la première, même si elle semble plus profitable : c’est de foncer tête baissée, sur un autre job.

Ici, ce n’est pas un choix, c’est une fuite.

Vous êtes prêt(e) à prendre n’importe quoi, pourvu que vous puissiez partir de là où vous êtes. Et vous avez l’impression que le problème est réglé. Sauf que, si vous n’avez pas pris le temps de recharger vos batteries convenablement, vous ne serez pas au top de votre forme, sans compter la confiance en soi qui aura pris un sacré coup de massue sur la tête au passage.

Autrement dit, vous ne démarrerez pas au top, loin de là : vous êtes encore fatigué(e), vous doutez de vous et de vous compétences, vous êtes angoissé(e) à l’idée de ne pas réussir etc.

Et bien souvent, ceux qui ont pris cette décision, se retrouvent à devoir quitter ce nouvel emploi qui semblait pourtant être un Eldorado, parce qu’ils se rendent compte que « ça ne le fait pas » : ils n’étaient pas prêts(es), où ils n’ont pas pris le temps de réfléchir à ce dont ils auraient besoin ou envie. Ils ont quitté l’enfer et se retrouvent enfermés(es) comme un(e) prisonnier(e), et ne savent plus comment se dépatouiller de la situation !

Résultat : Retour à la case départ… et double coup de massue sur la tête de la confiance en soi ! Vous doutez encore plus de vous et de vos capacités, et êtes encore plus angoissé(e) qu’avant à l’idée de reprendre un poste, vous ne savez plus ce que vous devez faire, vous êtes perdu(e)…

3ème erreur : Considérer que le problème ne vient que de votre employeur.

Je sais, c’est sans doute difficile à lire et à entendre, mais le burn out est la rencontre d’une personnalité et d’un contexte professionnel. Les deux ont, d’une certaine façon, « leur part » de responsabilité.

Bien sûr, votre employeur peut être très largement en faute : il ne vous a pas peut être pas donné les moyens ou les conditions d’assumer votre charge de travail, il n’a peut-être pas réglé un problème relationnel « toxique » avec un manager ou des collègues de travail, il n’a peut-être pas voulu entendre vos appels à l’aide. Il a donc aussi (et parfois beaucoup !) sa part !

Mais il y a aussi des questions à vous poser vous. Sur le pourquoi de ce qui s’est passé, sur ce que vous devriez corriger dans votre relation au travail, vos relations, votre exigence etc. Sinon, vous passez à côté d’un enseignement précieux pour la suite…

Alors comment s’y prendre ?

Comprendre son burn out

Je vous l’ai dit plus haut : se contenter de se sentir mieux, considérer que 15 jours d’arrêt de travail suffisent à vous tirer d’affaire, pour ensuite « repartir comme en 14 » : c’est une erreur basique.

Il est nécessaire de comprendre son burn out. Au-delà de ce que vous voyez de prime abord sur les raisons qui vous ont conduit à connaitre cette situation, il faut « pousser l’analyse sur les raisons externes (liées à votre contexte professionnel) et les raisons personnelles (liées à votre personnalité, à vos valeurs, à votre histoire, vos aspirations et vos besoins). Je ne peux que vous conseiller de vous faire accompagner sur cette réflexion par un coach ou un psychologue du travail.

Tirer les enseignements

Cette analyse va vous permettre de tirer des enseignements précieux sur ce que vous devez faire ensuite.

Elle doit vous permettre de tirer au clair les points suivants :

  • Est-ce mon métier qui ne me convient plus ?
  • Ou est-ce mon environnement de travail qui ne me convient pas ?
  • De quoi ai-je besoin pour m’épanouir dans mon travail ?
  • Que dois-je changer dans ma relation au travail / mon fonctionnement pour mieux me préserver demain ?

Bien évidemment, en fonction de ses réponses, votre plan d’actions sera différent.

Votre métier ne vous correspond plus

Que ce soit parce que vous n’y trouvez plus de sens, que l’emploi que vous occupez n’est plus en phase avec vos valeurs, avec ce qui compte à vos yeux. Que ce soit en raison des conditions de travail, si cette analyse vous permet de mettre en lumière le fait que vous ne pourrez plus retourner dans ce métier, quel que soit l’employeur, il vous faudra entamer une réflexion pour engager une reconversion qui vous permette de retrouver l’envie de travailler, et la possibilité de vous préserver.

L’environnement de travail ne vous convient plus

Que ce soit en raison, de la charge de travail, de l’organisation, des valeurs de l’entreprise ou encore des relations de travail avec votre manager ou vos collègues, si l’environnement de travail est en partie la cause de votre chute en burn out, vous avez là deux possibilités :

  • Faire en sorte de modifier votre environnement de travail afin qu’il soit compatible avec vos besoins
  • Changer d’environnement, donc d’employeur, pour aller exercer vos talents ailleurs !

Si vous optez pour la première solution, il va vous falloir « poser vos limites » et « affirmer vos besoins » auprès de votre employeur. Je vous renvoie à un précédent article pour connaitre la marche à suivre.

Dites-vous bien une chose : Pour votre entourage professionnel, lorsque vous allez revenir à votre poste de travail, pour eux, vous êtes la même personne qu’avant, plus reposée grâce à votre break pour arrêt maladie !

Autrement dit, l’environnement de travail, bien souvent, ne va pas changer de lui-même. Les organisations n’aiment pas changer (cela demande des remises en causes, parfois une nouvelle organisation, un nouveau fonctionnement, et le changement, personne n’aime ça !).

C’est donc vous qui allez devoir « impulser le changement », en faisant part à votre employeur de vos besoins, de vos limites. Il s’agit là de lui faire prendre ses responsabilités pour vous préserver.

Bien sûr, en fonction de vos employeurs, ceux-ci seront plus ou moins « à l’écoute » et prêts à aménager les choses. Mais l’objectif est aussi de leur dire, si « cela n’est pas possible, sachez que mes limites sont celles-ci, et que je ne serai pas en mesure de donner plus pour compenser votre décision (ou votre inaction) ».

Fixer ses règles d’or

L’analyse de votre burn out sera aussi l’occasion de vous questionner sur votre relation au travail, votre fonctionnement. Quelles limites devez-vous poser ? Quels garde-fous devez-vous respecter pour mieux vous préserver demain ?

Cette analyse doit vous permettre de poser vos règles d’or et de veiller ensuite à les respecter, avec discipline. Parce que nous sommes parfois nous pires bourreaux (notre exigence, notre perfectionnisme, notre difficulté à dire non etc.).

Faire un choix

Au regard de l’ensemble de ces éléments, de la difficulté ou non pour vous de les mettre en place, de l’écoute et la bienveillance de votre employeur, vous serez amené(e) à prendre une décision : celle qui vous est le plus bénéfique. Partir ou Rester ?

Il n’y a pas, bien sûr de réponse toute faite. Chaque cas, chaque contexte peut être différent.

Pour autant, dites-vous qu’il est parfois plus facile de recommencer ailleurs, que de changer des habitudes…

Lors d’un sondage réalisé il y a quelques années auprès de personnes ayant connu un burn out, j’avais pu constater que plus de 70% d’entre eux, avaient fait le choix de changer d’employeur ou de job.

Pour ma part, après une tentative de reprise, j’ai aussi décidé de quitter le navire… et c’est sans aucun regret aujourd’hui !

Accepter son « évolution »

Le burn out nous change. Cela ne se voit pas de l’extérieur. Mais de l’intérieur, vous ressentez peut-être déjà qu’au fond, vous n’êtes plus tout à fait la même personne qu’avant. Vous avez eu des prises de conscience sur la vie, vos priorités.

En cela, cela peut être parfois difficile de « revenir à sa vie d’avant », alors que l’on n’est plus tout à fait le/la même. On a comme l’impression de ne plus être dans la partie. Des choses qui nous semblaient hyper importantes hier, deviennent futiles à nos yeux.

Le burn out change notre système de valeurs, nos repères. Il faut accepter ce changement, et l’assumer. Et ça non plus ce n’est pas évident, parce que nos relations avec les autres changent. Ils ne nous comprennent plus, ou c’est nous qui ne les comprenons plus. Parfois, il faut là aussi remettre les compteurs à zéro pour repartir autrement, mais plus aligné(e) avec la personne que cette expérience de vie nous a fait devenir.

Je vous invite donc à vous questionner sur ces éléments pour réussir à trouver votre propre réponse. Si vous vous sentez perdu(e), embrouillé(e) pour réussir à y voir clair tout(e) seul(e), sachez que le forfait Équilibre que je propose, y répond. Je vous invite à me contacter pour en savoir plus.

Prenez soin de vous !

Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous et recevez mon guide gratuit “les 5 étapes clés pour rebondir après un burn out” et tous mes futurs articles ! 

Catherine PY – Coach en transitions professionnelles – Experte des situations de burn out. 

Psychologue du travail, j’ai exercé pendant une vingtaine d’années la fonction de Responsable Ressources Humaines en entreprise avant mon burn out. Je me consacre aujourd’hui à l’accompagnement des personnes en burn out avec Envol & Moi, tout simplement parce que je me suis rendue compte à quel point nous nous retrouvions seul pour rebondir professionnellement après cet évènement. Je vous propose de bénéficier de mon expérience professionnelle et personnelle pour vous aider à changer votre vie en mieux et rebondir. 

J’interviens également en entreprise pour sensibiliser les salariés à la question du burn out et accompagner les salariés concernés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

103 Partages
Partagez1
Partagez
Tweetez
Enregistrer102