Ce matin, en faisant ma balade matinale, je me suis racontée une histoire. L’histoire d’un vieil homme et d’une rivière. Je ne sais pas pourquoi ni comment cette histoire m’est venue, mais elle m’a plu pour la métaphore que l’on peut y voir lorsque l’on tombe en burn out et comment s’en sortir.

Alors j’ai décidé de vous l’écrire et de vous la partager…

La chute…

Tomber pour burn out, c’est comme si vous tombiez dans l’eau glacée d’une rivière. Vous êtes tombé(e) par accident, sans avoir vu l’eau sous vos pieds. Vous êtes surpris(e), pris(e) au dépourvu. Vous ne comprenez pas tout de suite ce qu’il se passe.

Quand on tombe, l’eau est froide, glacée même, le courant est fort, on a l’impression que l’on va sombrer, finir la tête sous l’eau, se noyer. La respiration est rapide, on panique, on angoisse, on gesticule dans tous les sens pour essayer de se sortir de là. On pense que la seule solution c’est de fournir des efforts pour remonter le courant et regagner la rive. On s’épuise…On a peur… On résiste.

Résister…

Après l’effet de surprise, vous refusez ce qu’il vous arrive. Vous refusez de voir la réalité en face : Vous êtes dans l’eau glacée, le courant vous emporte, et plus vous résistez, plus vous vous épuisez. Votre regard et votre attention ne voient que le bout de cette rive que vous tentez de rejoindre en vain… Vous avez très peur. « Est-ce que je vais réussir à m’en sortir ? », « est ce que je serai assez fort(e) pour rejoindre la rive ? », « vais-je y arriver ? ».

« Et tous ces gens qui me regardent, l’air apeuré, qui me disent « Allez, Allez ! Nage ! « Bas-toi ! » Pourquoi ne font-ils rien pour m’aider ? Ils voient bien que je fais tout ce que je peux pourtant pour m’en sortir. Ils ne comprennent pas que le courant est trop fort, et que je ne peux pas lutter.  Ils pensent que je n’en n’ai pas la force, que je ne fais pas ce qu’il faut. Mais s’ils étaient à ma place ? S’en sortiraient-ils mieux que moi ? Pas sur… »

« Je fais ce que je peux », « vous ne comprenez pas ».

Alors vous ressentez de la colère, de la solitude et vous vous repliez sur vous.

Le lâcher prise…

« Je suis fini(e)… », « je n’y arriverai pas », « j’ai beau essayé, je n’y arriverai pas »…

Tellement épuisé(e), apeuré(e), après vous être débattu(e), après avoir crié, hurlé, vous comprenez que personne ne peut venir vous chercher. Vous comprenez qu’essayer de combattre le courant est impossible. Que si vous continuez à lutter, vous vous noierez.

Alors vous lâchez… Vous vous retournez, vous faites la planche, et vous décidez de vous laisser porter par le courant. Vous abandonnez. « Je ne peux rien faire d’autre que de me laisser porter ».

Finalement, alors que vous avez l’impression d’avoir tout lâché, de vous avouer vaincu(e), vous vous apercevez qu’en vous laissant porter, vous ne peinez plus. Vous appréciez le repos, le relâchement de vos muscles qui ont tant cherché à lutter.

L’eau, le courant vous porte, avec délicatesse. Il vous fait éviter les obstacles. Vous vous apaisez. « Finalement, pourquoi je n’ai pas fait ça plus tôt ? Tout est plus facile… Tant pis pour la rive, je la laisse là où elle est, on verra bien ou le courant me porte… ».

Cet environnement qui vous semblait si périlleux, si dangereux, finalement, il ne l’est pas tant que ça… C’est votre peur qui vous faisait vous épuiser…

Le plaisir…

Regagnant un peu d’énergie, vous commencez à observer autour de vous.

Vous êtes maintenant capable de voir ce que vous ne voyiez pas avant, trop occupé(e) à vous débattre pour rejoindre la rive.

Les cris des personnes sur la rive paraissent lointains. Vous ne les entendez plus.

Et là, vous le voyez : Cet arbre déraciné qui flotte à côté de vous, comme une bouée qui n’attend que vous.

Vous vous laissez porter par votre nouvel ami. Il se coince entre deux rochers au milieu de la rivière. Vous saisissez cette opportunité pour sortir de l’eau et vous reposer sur ces pierres. Vous vous allongez. Vous vous sentez apaisé(e) « je m’en suis sorti(e) ». Vous souriez.

Vous souriez à la vie et ressentez de la gratitude : « je suis en vie », « tout va bien aller maintenant ».

Les rayons du soleil vous caressent la peau et vous réchauffent. Vous appréciez le calme autour de vous. Le bruit de l’eau, les oiseaux, la nature. Vous appréciez ce moment.

Une fois reposé(e) et séché(e), vous vous relevez.

Vous êtes au milieu de la rivière. Vous n’allez pas pouvoir rester ici.

A droite la rive de laquelle vous êtes tombé(e), à gauche, une rive inconnue.

La remontée…

« Qu’est-ce que je fais ? » « J’y retourne ou j’essaye de voir ce qu’il y a de l’autre côté ? ».

Vous avez compris que parfois, se laisser porter, c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

Vous n’avez pas le choix, il faut se rejeter à l’eau. Mais cette fois-ci, vous avez l’expérience de la première fois. Vous savez qu’il ne faut pas lutter, qu’il faut se laisser guider par le courant. Vous avez moins peur aussi, car vous vous en êtes déjà sorti(e) une fois. Vous êtes plus fort(e), plus confiant(e).

Vous vous remettez à l’eau, tout doucement, en regardant cette rive inconnue qui vous fait envie, qui attise votre curiosité. Et vous vous laissez porter.

La croisée des chemins…

Un vieil homme se trouve sur le bord du rivage. Il vous regarde en souriant. Il vous tend la main. Il vous aide à sortir de l’eau. Vous le remerciez.

Il vous accompagne. Vous arrivez face à deux chemins.

« C’est par où ? Ou faut-il aller ? lui demandez-vous ? »

« C’est à vous de décider, vous répond-il ». A droite, vous regagner le pont et pourrez retrouver l’autre rive. A gauche, le chemin est un peu plus long, plus sauvage aussi, mais le paysage est magnifique et vous atteindrez mon village ».

« Je ne sais pas quel chemin prendre, lui dites-vous »

« Alors, fermez les yeux. Écoutez le vent, la nature, apaisez-vous. Quand vous serez tranquille, écoutez votre corps, écoutez votre cœur… Que vous dit-il ? Que ressentez-vous à l’intérieur de vous lorsque vous vous projetez sur le chemin de droite, puis de gauche ? Que vous dit votre corps et votre cœur ? Lui sait quel chemin vous devriez prendre. Écoutez-le »

Burn out : comment s’en sortir ?

Cette histoire vous dit tout : Se laisser porter, ne pas lutter, voir la beauté de ce qui vous entoure et réapprendre à les apprécier, saisir les opportunités que vous saurez voir sur votre chemin, écoutez votre cœur, faire confiance en la vie… c’est la voie que vous devrez prendre pour réussir à regagner l’autre rive.

Alors, et vous ? quel chemin allez-vous prendre ?

Prenez soin de vous !

Catherine

Cet article vous a plu ? Partagez-le et inscrivez-vous à ma newsletter pour recevoir mon guide gratuit « les 5 étapes clés pour rebondir après un burn out » et tous mes futurs articles ! 

Catherine PY – Conseils et accompagnement des transitions professionnelles -Formatrice et coach – Spécialisée Burn out.

Psychologue du travail, j’ai exercé pendant une vingtaine d’années la fonction de Responsable Ressources Humaines en entreprise avant mon burn out. J’ai décidé de me consacrer aujourd’hui à l’accompagnement des personnes en burn out en créant Envol & Moi, tout simplement parce que je me suis rendue compte à quel point nous nous retrouvions seul pour rebondir professionnellement après cet évènement. Je vous propose de bénéficier de mon expérience professionnelle et personnelle pour vous aider à changer votre vie en mieux et rebondir. 

J’interviens également en entreprise pour sensibiliser les salariés à la question du burn out et accompagner les salariés concernés.

 

285 Partages
Partagez284
Partagez
Tweetez
Enregistrer1